Ainsi va la vie

Toutes à l’école au Cambodge

Happy_Chandara-Toutes_a_l_ecole-Scolarite-School-Cambodge-4©Toutesalecole

Ce n’est pas un scoop j’adore voyager, j’aime découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux paysages et me tenter de m’imprégner de l’histoire des pays que je visite. Si j’aime le confort des hôtels, pas question de n’avoir qu’un petit aperçu touristique j’aime l’authenticité et la richesses des rencontres avec les populations. Parfois, on découvre de jolies histoires mais l’on s’aperçoit aussi que la vie ailleurs peut être absolument cruelle. On ne peut pas changer le monde, mais on peut essayer de faire en sorte que certains destins soient plus doux.
L’histoire du Cambodge, je la connais peu, je n’y suis encore jamais allée. Nous ne l’avons pas vraiment étudié dans nos manuels d’histoire, nous avons entendu vaguement parler du régime des Khmers rouges ayant notamment pour volonté de purifier le pays de la civilisation urbaine et bourgeoise. Mais que savons-nous vraiment des répercutions que cela a pu engendrer aujourd’hui ? L’éradication des intellectuels (à savoir toutes personnes portant des lunettes) a laissé des traces dans la société cambodgienne plus de 40 ans après dont notamment une pauvreté (entraînant une corruption très importante) et un système éducatif complètement détruit. Si une famille a les moyens d’envoyer un enfant à l’école elle choisira avant tout un garçon, les petites filles seront quant à elles employés aux travaux des champs, dans des entreprises de textiles ou encore seront utilisées comme proies faciles par des touristes pervers sans scrupules avides de sexe. Face à cette réalité, la mère de famille que je suis, celle qui a eu la chance de vivre dans un pays où les filles ont le droit d’aller à l’école, de s’instruire, de changer de condition sociale, de faire le métier qu’elles aiment … a subitement eu le cœur serré. Je ne suis pas innocente, je sais bien que dans le monde que cela soit au Cambodge ou ailleurs des enfants n’ont pas la même chance, je ne suis pas une sainte ou une illuminée souhaitant changer le monde et vivre dans avec des licornes et des arcs en ciel, mais parfois il est bon d’arrêter de râler, de se lamenter et de regarder la chance que l’on a et de peut être essayer d’apporter notre pierre à l’édifice.

Happy_Chandara-Toutes_a_l_ecole-Scolarite-School-Cambodge©Toutesalecole

C’est notamment ce qui a poussé Tina Kieffer a fondé en 2005 l’association Toutes à l’école. Cette journaliste qui fût chroniqueuse dans Froufrou, devenue quelques années plus tard directrice du magazine féminin Marie Claire a décidé de mettre sa notoriété au service d’une grande cause, à savoir la scolarisation des petites filles au Cambodge. A force de courage et de travail, l’association Toutes a l’école ouvrait en 2006 sa toute première école pilote baptisée Happy Chandara. Située à 12 km de la capitale Phom Penh, cette structure accueille 10 ans plus tard 1090 élèves de l’école primaire à la seconde, mais la mission de l’association est d’accompagner ces élèves jusqu’à leur premier emploi. Pour cela, Toutes à l’école a décidé de mettre en place en 2013, le centre de formation professionnel dédié à la coiffure ainsi que d’ouvrir dès 2018 des classes de terminales. L’objectif ensuite sera d’accompagner ces jeunes filles jusqu’au bac puis à la fac. « Elles seront alors plus d’un millier d’élèves à se bâtir ici un avenir de femme libre et instruite. Un millier, capables de participer demain à la vie économique et à la reconstruction du Cambodge… »

Happy_Chandara-Toutes_a_l_ecole-Scolarite-School-Cambodge-2Happy_Chandara-Toutes_a_l_ecole-Scolarite-School-Cambodge-3Happy_Chandara-Toutes_a_l_ecole-Scolarite-School-Cambodge-5©Toutesalecole

Les petites filles sont issues en priorité des familles les plus pauvres (revenu mensuel inférieur à 100 $) et habitant à proximité de l’école. La situation de chaque enfant est étudiée par l’équipe d’assistants sociaux qui rend visite à leur famille. Un internat d’une capacité de 130 places accueille les fillettes les plus démunies ou les plus vulnérables.
Toutefois, face à la précarité laisser partir une enfant revient à un véritable sacrifice économique, c’est la raison pour laquelle en échange de l’acceptation de la scolarité, l’association remet aux familles des paniers d’hygiène ou alimentaire. L’association favorise également les fratries afin de ne pas créer de différences au sein d’une même famille.

Ces petites filles et leurs familles prennent pleinement conscience de la chance qui leur est offerte. Elles suivent avec assiduité un programme national khmer mais également dès leur première année à Happy Chandara, des cours d’anglais, de français et d’informatique. L’an passé, 8 d’entre elles ont même eu la chance de découvrir l’Europe et de séjourner à Londres dans le cadre d’un séjour linguistique. Imaginez leur bonheur !

Happy_Chandara-Toutes_a_l_ecole-Scolarite-School-Cambodge-6

©Toutesalecole

Face au succès, cette année l’association a décidé de réitérer l’expérience. Pour cela un nouveau concours aura lieu et cette fois-ci ce seront 25 lauréates auront la possibilité de découvrir Londres mais également … Paris.

Si l’histoire semble belle, elle peut aussi lever quelques doutes … ne vous inquiétez pas tout est absolument transparent.

« L’association a reçu l’agrément du Comité de la Charte, un label, gage de rigueur financière, de gestion désintéressée et de transparence qui implique un contrôle régulier des comptes et garantit le bon usage des dons. Les comptes de l’association sont contrôlés par un commissaire aux comptes et ils sont publiés chaque année sur le site. »

Outre le parrainage, le don, vous pouvez agir autrement … en achetant par exemple des produits partages (il y a eu des bougies, des trousses Bensimon chez Séphora, des T.Shirt Caroll … ) mais aussi vous associer à nous en essayant de faire connaître Toutes à l’école. A l’heure où la scolarité de nos enfants est menacée, il est temps de réagir.

Claire Chazal, Chantal Thomas,  Christian Lacroix … soutiennent cette action pourquoi pas vous ?

Alors prête pour relayer l’info ?

Write a comment